Annapurna - suite
  

Annapurna - suite

pokhara, Népal le 05/10/2013

 

Jour 6 : Temang (2510 m) – Dhikur Pokhari (3060)

Le lendemain, on profite d’une vue plus dégagée sur les montagnes

Départ pour une journée un peu plus reposante car plus plate. Le midi, après notre pause bouffe à Chame on va voir des sources d’eau chaude avec la ferme intention d’en profiter. Après avoir vu un bassin de 50 cm sur 1m dans lequel  les népalais prennent des seaux pour se laver, on file finalement pour Bhratang où on pense s’arrêter dormir. En arrivant et en voyant la seule  lodge du village (enfin village… à part le lodge y a rien), qui nous demande le double du tarif habituel pour des chambres crasseuses et qui n’a ni douches ni toilettes, on continue finalement jusqu’à Dhikur Pokhari, où on arrivera vers 17H, peu avant la tombée de la nuit, non sans avoir profité du paysage une fois de plus.

 

 

Jour 7 : Dhikur Pokhari (3060 m) – Ngawal (3657 m)

On marche jusqu’à Pisang ou on a deux solutions :

-          Prendre la route des 4x4, qui ne circulent pas actuellement en raison d’éboulis dus à la mousson, assez plate et facile

-          Prendre la route du nord, selon Lonely Planet plus dure car plus raide mais plus canon aussi

On prend sans hésiter celle du nord, bien que la plupart des trekkers fassent l’inverse.

On monte donc à Upper Pisang ou on continue direction Ghyaru après un petit passage par le temple du coin pour voir les grands moulins à prières.

 En chemin on profite de la vue sur l’Annapurna 4 (7525) et l’Annapurna 2 (ici dans les nuages) à gauche de ce qui doit être l’Annapurna 56,  ainsi que des murs mani ces sortes de murets remplis de mani, les pierres gravés de prières bouddhiques.

Après une éprouvante montée en pente raide de 370 m en environ 2H, on arrive enfin à Ghyaru, à 3670 m, ou on fait notre pause casse-croûte.

Ci-dessous vous pouvez voir un photo de Ghyaru, charmant petit village tout en pierre, avec à droite les petits moulins à prières que les bouddhistes contournent par la gauche en rentrant dans le village tout en faisant tourner chacun d’eux.

 

On poursuit notre route jusqu’à Ngawal, à plus de 3600 m également, où on passe la nuit.

Cette étape se révelera être la plus chouette que nous ayons faite ! La météo et les villages traversés étant particulièrement sympa !

 

Jour 8 : Ngawal (3670 m) – Manang (3540 m)

Ngawal, charmant village dans le style de Ghyaru,  domine la vallée et offre une magnifique vue sur les montagnes, que les nuages ne quittent malheureusement pas en cette saison de fin de mousson.

 

Après être redescendu dans la vallée,  on continue jusqu’à Manang, à 3540 m, après avoir profité de la vue sur un cirque montagneux qui renvoie Gavarnie à l’échelle de maquette

 

On arrive à Manang pour le déjeuner, mais on y restera le reste de la journée.

En effet tout le monde conseille avant de monter au-delà des 4000m les jours suivants de faire une pause d’une journée complète à Manang pour s’acclimater à l’altitude.

Comme on a dormit la veille à 3600 m, soit plus que Manang, contrairement à la plupart des trekkeurs qui arrivent par la route des 4x4 dans la vallée, on se dit qu’on a déjà fait notre journée d’acclimatation et on se contente d’une demi supplémentaire.

 

Jour 9 : Manang (3540 m) – Yak Kharka (4018 m)

Après notre demi-journée à Manang, on repart donc pour une ascension de 500m par jour (à cette altitude-là vaut mieux pas faire plus) jusqu’au col du Thorong La, à 5416 m.

En partant on profite une dernière fois de la vue sur l’Annapurna 3 (7555 m)

 

Ainsi que sur le Ganggapurna (7454) et son glacier qui semblent si proche, mais qui est pourtant bien au-dessus

 

A la sortie de Manang, on passe, comme à chaque village, à coté des moulins à prières

 

Puis on continue notre ascension jusqu’à Yak Kharka (4018m) où on s’arrête dormir.

 

Jour 10 : Yak Kharka (4018 m) – Yak Kharka (4018 m)

En marchant vers Thorung Phedi (4450m), on croise nos premiers yaks

 

Ainsi que quelques troupeaux de chèvres locales

 

On profite également des montagnes de plus en plus arides à mesure qu’on monte

 

En chemin, on s’arrête à Letdar à 4200 m, Angèle commence à avoir mal au crane, et c’est un des symptômes du mal des montagnes bénin. Elle se repose tandis que j’en profite pour prendre une centaines de mètres supplémentaires et voir du paysage, des yaks et diverses autres animaux et oiseaux. 2H plus tard, son mal de crane empirant on décide de redescendre dormir sur Yak Kharka, 200m plus bas, pour être sûr que ça n’évolue pas vers un mal aigu.

 

Jour 11 : Yak Kharka (4018 m)

Bon à priori on aurait peut-être mieux fait de faire une journée complète à Manang, donc pour corriger le tir on la fait ici. Angèle va déjà mieux, on part donc pour une ballade d’une bonne heure prendre une centaine de mètre de hauteur pour faire travailler un peu nos corps et les habituer à cet air raréfié et pour nous habituer à la vue splendide qu’on a depuis Yak Kharka (c’est dur la vie)

 

 

 

Commentaires

 Audrey
Ca donne vraiment envie toutes ces photos ! Je suppose que vous en profitez bien ... Bonne continuation bises



Autres récits de voyage

Autres Recits en Népal